Quelles différences entre un hypnothérapeute, un praticien en hypnose, un hypnotiseur, un hypnologue


Pendant longtemps l’hypnose a été associée à la manipulation et à l’humiliation, comme on peut le voir dans certains spectacles grand public. Aujourd’hui l’hypnose thérapeutique se démocratise, et elle peut se révéler d’un grand secours pour aider à surmonter certains problèmes. Elle s’est faite notamment connaître pour arrêter de fumer. Mais il n’est pas facile de savoir qui consulter quand on a envie de faire une séance. Et la jungle des termes utilisés ne facilite pas les choses. C’est pourquoi c’est souvent par le biais du bouche-à-oreille que la plupart décident de prendre un RDV pour une séance.

Mais savez-vous quelle est la différence entre « praticien en hypnose », « hypnothérapeute », « hypnotiseur », « hypnologue » ou « hypnopraticien »,… ?

C’est une question que je me suis longtemps posée à mes débuts, et les informations pouvant être divergentes en fonction des sources, il m’a fallu du temps pour saisir la nuance entre ces dénominations. Je vous livre ici le fruit de mes recherches :

Il faut déjà savoir qu’à l’heure actuelle, la pratique de l’hypnose n’est pas réglementée en France. Chaque professionnel utilisant l’hypnose dans sa pratique choisit le titre qui lui convient.

Cela explique la diversité du vocabulaire… et on comprend que le titre n’indique en rien les compétences du professionnel.

Il n’existe donc pas de titre officiel, et il n’y a pas de contrôle sur les écoles et centres de formation. Ceux-ci délivrent un diplôme à la fin du cursus, et les titres divergent : la plupart utilisent le titre de « praticien en hypnose » ; mais d’autres préfèrent « hypnologue », « hypnopraticien », ou « hypnothérapeute ».

Ensuite, chacun est libre d’utiliser le terme qu’il préfère pour sa carte de visite ou sa plaque.

Voici un état des lieux des termes qu’on peut trouver :

1. Le terme d’hypnotiseur est un terme générique, qui englobe toutes les personnes qui utilisent l’hypnose : l’hypnose de spectacle, l’hypnose de rue, l’hypnose médicale, l’hypnose à visée thérapeutique, l’hypnose dans le cadre du développement personnel (pour aider à atteindre un objectif par exemple).

Dans l’esprit collectif, la désignation d’« hypnotiseur » est facilement associée à l’idée de manipulation, donc de nombreux praticiens qui utilisent l’hypnose comme outil à visée thérapeutique préfèrent éviter ce terme.

Mais cela n’est pas systématique et il existe des professionnels utilisant l’hypnose en cabinet qui ont choisi le titre d’hypnotiseur.

2. Un « praticien en hypnose », a suivi une formation en hypnose, sans avoir suivi de cursus médical au préalable. Il est apte à proposer des séances à visée thérapeutique, pour accompagner des personnes vers un mieux-être.

C’est le terme le plus répandu pour définir le professionnel qui accompagne en cabinet.


3. Le terme d’«hypnothérapeute », même s’il est le plus connu, fait débat, car il sous-entend que la personne est thérapeute.

D’un point de vue légal :

Légalement, le terme de « thérapeute »n’est pas protégé par l’état. Le terme d’ « hypnothérapeute » non plus. Seul le titre de « psychothérapeute » est maintenant réglementé par l’ARS.

D’un point de vue rationnel :

Ce suffixe de « …thérapeute » prête à confusion dans l’esprit du public, puisque d’un point de vue littéral « un thérapeute est un professionnel qui accompagne un individu vers la santé et l’intégrité ».Donc réservé au domaine du médical.

Le « SNH » (Syndicat National des Hypnothérapeutes), qui œuvre notamment à la reconnaissance officielle de la profession, a reçu comme réponse par le Ministère de la Santé, que le titre d’ « hypnothérapeute » est à réserver aux médecins.

Pour éviter toute confusion, de nombreux praticiens en hypnose (non médecins) préfèrent donc ne pas utiliser ce titre officiellement. Cependant il est souvent utilisé pour se présenter dans les conversations orales, dans un souci de compréhension.

4. Un « hypnologue » est un titre de plus en plus utilisé par des praticiens qui souhaitent indiquer qu’ils pratiquent l’hypnose en cabinet et ne souhaitent pas utiliser le terme « d’hypnothérapeute » pour ne pas susciter la polémique.

Il faut quand même savoir qu’au sens strict, un hypnologue désigne un ‘‘chercheur qui étudie le sommeil’’. Pour cette raison, certains praticiens en hypnose préfèrent éviter ce titre.


En conclusion, le titre utilisé n’indique pas de différence de contexte ou de qualification, même si les écoles peuvent avoir des méthodes qui diffèrent.


A SAVOIR :

Il existe différents types d’hypnose qui sont utilisés dans l’accompagnement individuel. Certains praticiens l’indiquent clairement dans leur titre, et à titre non exhaustif on peut mentionner :

- l’hypnose traditionnelle (une hypnose directive, qu’on utilise par exemple pour anesthésier)

- l’hypnose ericksonnienne (la plus répandue)

- l’hypnose humaniste

- l’hypnose Sajece

Chaque méthode a ses spécificités. Ceci sera développé dans un prochain article.

66 vues

Marie AUREILLE

Maître praticienne en Hypnose Sajece

07 66 55 14 97

 en cabinet à Cestas Gazinet :

47 avenue Jean Moulin

33610 CESTAS

  • Facebook
  • Instagram

​© 2020 PAR MARIE AUREILLE  | TOUS DROITS RÉSERVÉS  | 

Trouver le bien-être grâce à une méthode douce et bienveillante